L’Equilibre du monde

Titre : L’Equilibre du monde

Auteur : Rohinton MISTRY

Note : undefined undefined undefined undefined

A qui s’adresse le livre : Aux lecteurs à l’empathie bien accrochée

Citation : « Je vous en prie, rappelez-vous toujours ça : le secret de la survie est l’acceptation du changement, et l’adaptation. En d’autres termes : « Tout s’effondre et se reconstruit, joyeux est celui qui reconstruit. »

#Inde #Travail #Destin #Vies #Mendiants

Etes vous déjà allé.e.s en Inde ? Pas dans les jolis hôtels de luxe et visites touristiques j’entends. Etes vous déjà allé.e.s au cœur d’une Inde bruyante, bigarrée, sensible qui se bat chaque jour pour tirer le meilleur de la vie ?

Image result for taj mahal envers du décors

A travers le destin d’un seul quartier, Rohinton MISTRY nous invite dans un voyage d’où l’on ne sort pas indemne. Le livre est touchant, pathétique et drôle. Mais il est aussi cru avec ses séquences de violence et d’horreur. Il ne cache rien des problèmes politiques du pays. Les 881 pages (Livre de Poche) nous transportent dans une Inde en pleine évolution. Alors que l’histoire se passe dans les années 1970 / 1980, il reste encore d’actualité.

Dans ce roman fleuve, on suit plusieurs personnages que les chapitres rapprochent et éloignent tour à tour. Il y a Ishvar et Omprakash, deux tailleurs dont l’essor des grandes industries d’habillement laisse sans le sou. Il y a Dina, jeune veuve dans une société encore très patriarcale, qui pour survivre se décide de confectionner des vêtements. Son neveu, Maneck descendu de ses belles et lointaines montagnes pour reprendre ses études. Shankar, le cul-de-jatte, si affreux qu’il en devient le favori du maître des mendiants. Chaque personnage a son caractère, son histoire. Et à travers ces histoires, on découvre la grande Histoire de l’Inde en mouvement.

On apprend tout le long du roman, des détails à peine croyables sur la vie des indiens. Le quotidien est souvent sordide, les plus basses castes vivent au milieu des vers, de la saleté et des cafards. Les relations entre les castes sont souvent affligeantes. A l’époque où se déroule le roman, le gouvernement décide de lancer une politique d’embellissement des villes. Comprendre : destruction massive des bidonvilles, réquisitions des sans abris pour faire des travaux inhumains et surtout stérilisation massive. On se demande quel hasard définit la valeur de la vie humaine, marchandise pour le profit de quelques-uns.

Mon Avis :

Ce livre a été mon roman estival, il y a deux ans et j’avais du mal à le lâcher. A noter qu’il est difficile de lire les 881 pages d’une traite, mais les talents de conteur de Mistry sont remarquables ! On ne s’ennuie pas un instant. Je me suis attachée à chacun des personnages. J’ai ri avec eux, j’ai pleuré de leurs malheurs, j’ai sincèrement souhaité que les choses évoluent pour le mieux. Les difficultés qu’ils traversent sont édifiantes. Sans vouloir vous spoiler le roman, voyez là une mise en garde. Si vous êtes sensibles à la douleur humaine, passez votre chemin.

Mais Rohinton MISTRY voit juste, il ne laisse pas le lecteur plonger dans le désespoir. Le livre est une leçon de ce que l’humanité peut être. Malgré tout, il célèbre la vie de son pays, la capacité de relativiser et rebondir sur ses malheurs.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s